transamazonica-toche

13 juin 2013

1 Présentation du bonhomme et de l'évènement.

Guyanais de passage pour mon job, 53 balais, me voila donc maintenant libre de mon temps après pas mal d'années de cotisations......D'après les propos d'initiés, cela s'appellerait la retraite.

mascotte

Je me suis donc dit, "mon gaillard tu as une brèle faite pour le voyage, un peu lourde certe pour arpenter le gras, mais en choisissant ta période, ca peut le faire sur du terrain assez sec....Motard depuis toujours, celle là étant la vingtième, je me devais de féter cet évènement par une petite balade pas ordinaire.

J'avais la machine, le temps, l'envie, donc restait plus qu'à chercher le terrain de jeu. Me situant à Saint-Laurent du Maroni (973) frontière avec le Surinam, la soudure était toute trouvée. Fin 2013 (début de la saison sèche) direction le Surinam, puis le Guyana, là je pique direction plein sud, c'est 450 bornes de piste pour rejoindre la frontière Brésilienne (forêt et savane, mais bien sauvage et fréquentée par de orpailleurs illégaux et des individus pas très rassurants). Ensuite c'est 1000 bornes d'asphalte pour rejoindre Manaus (mais il n'y a pas le choix), puis vient le morceau de bravoure avec la transamazonienne nord sud brésilienne (BR 319) qui est un tracé fait dans les années 70, puis abandonné et qui après avoir traversé 600 km de forêt où très peu de véhicules passent, permet de rejoindre Humaita. Là je compte remonter par la deuxième transamazonienne ouest est (BR 230), qui est beaucoup plus empruntée avec 1500 bornes de piste assez roulante où certainement je vais souffrir en voyant toute cette forêt sacrifiée au profit d'une agriculture intensive. Puis ca sera Santarem et retour sur l'amazone afin de rejoindre Macapa en bateau et me diriger de nouveau sur la Guyane par la route.

 

carte_raid_transamazonica

 

 

Cette carte mérite quelques explications: les fléches rouges désignent les parties asphaltées, les vertes les pistes et la bleue le trajet en bateau sur l'amazone. 

Voilà donc grosso modo ce que je compte faire, mais certainement que ca ne va pas se passer comme je l'imagine, aventure oblige.......

J'ai pas de tente, j'achéterais un hamac léger au surinam, une bache pour les intempéries, un peu de bouffe pour la forêt, ca va certainement me changer du quotidien....Ceci étant ce n'est pas non plus l'aventure du siècle, beaucoup d'autres l'ont fait avant moi, mais parait il que ca se mérite, nous allons donc procéder à une petite préparation.

Posté par bonid à 18:51 - Commentaires [3] - Permalien [#]


23 juin 2013

2 Préparation de la machine.

La moto, c'est une ktm 950 superenduro, une machine de guerre dans les bouts droits en tout terrain, un peu moins évidemment dès que ca tourne, mais pour un voyage cool ca doit le faire assez bien.

 

moto_jardin_001

 

Pour ceux qui ne connaîtraient pas la bête, c'est une bicylindre à refroidissement liquide, 100 ch, 180 kgs à sec, 14 litres dans le réservoir. Pour faire ce périple en toute sécurité et confort, j'ai besoin de prendre 26 litres dans un jerrycan, un gros sac (plus d'outils que de tee-shirts dedans) mais aussi de l'eau. L'ensemble chargé et près à attaquer la piste doit faire dans les 260 kgs, c'est pas énorme mais bien trop pour le gras, alors on verra.....surtout que la bête est assez haute.

De toute facon j'ai pas le choix, je fais avec ce que j'ai. En ce qui concerne la préparation, elle va consister à la construction des supports à bagages made par ma pomme, des trucs sommaires sur lesquels je peux fixer mon jerrycan en plastique et mon sac de voyage mais aussi mes bidons d'eau. Je pense que les 40 litres de benzine que j'amène doivent me permettre d'effectuer 750 kms en la jouant tranquille. J'ai déjà testé, sur une route plane en ne dépassant pas 100 km/h la machine consomme 4,8 litres au cent, sur piste ca doit faire dans les 5,5 litres. Finalement assez raisonnable pour un avion de ce calibre, la ktm est une des motos que j'ai eu qui consomme le moins. Pourtant j'ai augmenté la carburation de 10 points en gicleur et j'ai relevé les aiguilles d'un cran....Il faut savoir que les katoches à carbu sont réglées pauvres pour passer les tests et les normes européennes...

 

P1010013

 

La bécane étant dépourvue de béquille centrale, j'en ai fabriqué une, mais amovible. J'ai dans un premiers temps construit des pièces en ferraille que je laisse toute l'année et que j'ai fixées sur les attaches prévues à recevoir la béquille centrale d'origine (mais en option). Ces deux pièces (droite et gauche) me permettent de recevoir ma béquille amovible que j'utilise lors des interventions techniques (graissage de la chaine ou crevaison), mais aussi à fixer le support de porte bagage.

 

P1010015P1010017  

 

P1010020
La boucle arrière sur ce genre de machine n'étant pas prévue pour mettre 30 kgs sur un porte bagage, j'ai trouvé que c'était plus sérieux de faire descendre le support arrière de ce dernier jusqu'au cadre de la moto et notamment sur les deux pièces construites.

P1010018

 

J'ai besoin également d'amener de l'eau car sur ce périple il y a deux parties forestières importantes où je ne peux en trouver. Notamment la Br 319 qui sur une longueur de 500 km, ne permet pas de trouver de l'eau potable en saison sèche. Sans problème mécanique ou autres, vous devez y passer au moins 48 heures dans le meilleur des cas, il faut donc amener au moins 10 litres d'eau. J'ai donc fabriqué, toujours en fer, deux supports de bidon de 5 litres que je fixe sur les attaches de mes repose-pieds passagers, en lieu et place de ces derniers. C'est à mon idée le plus pratique, car je ne veux pas qu'un bidon se balade dans ou sur mon sac, mais aussi cela positionne le poids assez bas.

 

P1010001P1010003

 

P1010002 

 

Tant que je suis dans ma période prépa et soudure, j'en ai profité pour faire un support pour mon Gps Garmin 60 sx. Une petite plaque en ferraille sur laquelle je soude des petites pattes fera l'affaire. Cette dernière viendra se fixer sur la moto par l'intermédiaire de 2 des 4 vis qui maintiennent le guidon. Le Gps est alimenté en direct par la batterie, 12 v donc. Simple, discret et efficace....pour l'instant.....voir à l'usage.

 

P1010010               P1010016 

 

Voilà pour la préparation, elle est assez basique, pour un petit voyage d'un mois ca doit pourvoir le faire sans problème...En ce qui concerne la mécanique, je n'ai rien à faire, hormis la vidange, je partirai avec un pneu neuf à l'arrière, un usagé à l'avant et un kit chaine qui a pas mal tourné...

 

Posté par bonid à 15:49 - Commentaires [2] - Permalien [#]

21 octobre 2013

3 L'outillage

Pour ce qui est des outils, je vais faire dans le necessaire

P9250006

 

.

En plus de quelques clés, pinces et tournevis, j'amène un multimètre, une pompe, des démonte pneus, une paire de levier de rechange, des cables batterie que je me suis fait ainsi que quelques rustines......ca n'a l'air de rien comme ca, mais l'outillage aggrave rapidement le poids de votre sac.....Evidemment faut pas oublier la chaine antivol et le cadenas...

 

Posté par bonid à 20:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

4 Enfin le départ

Voila, la période séche est arrivée, il est temps de mettre les voiles, c'est un 27 septembre, belle météo pour quitter Saint Laurent du Maroni et prendre le bac qui me fera traverser le fleuve Maroni qui est la frontière naturelle entre le Surinam et la Guyane.

P9270007

De l'autre coté c'est Albina, une commune du Surinam sans grand intéret pour nous, par contre pour les orpailleurs illégaux qui s'y ravitaillent c'est bysance.

A la sortie d'Albina, nous pouvons voir la générosité francaise qui est sans limite lorsqu'il s'agit de dépenser l'argent du contribuable, un hôpital en construction financé par notre beau pays....Lisez bien, Financing: Agence Francaise du Développement..... Merci qui ?

P9270008

Puis toujours dans la bontée francaise incomparable, nous sommes sur une route de 140 km financée encore une fois par les fonds européens pour rejoindre Paramaribo la capitale, et on ne fait pas dans la dentelle....

P9270009

Et pour finir sur le sujet, je vous présente le pont qui enjambe la surinam river, construit en 2000 par Bouygues, par contre je ne sais pas qui l'a financé, je vous laisse deviner....

P9270010

Bon allez, j'ai fini sur le chapitre qui donne les boules, nous sommes en voyage, oublions tout ca.....

 

Paramaribo est une charmante ville qui respire le colonialisme hollandais, de très belles maisons en bois sont en parfait état....

operation foret, bresil,quad,carnaval,tobago 2003

operation foret, bresil,quad,carnaval,tobago 2003

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est de nouveau une belle route qui m'amène a Nickerie, la ville près de la frontière avec le Guyana.

P9280011

 

Ici au Surinam on est nationaliste et on le montre....

P9280012

Certainement le motorhome du valentino rossi du pays.......

P9280014

 

Posté par bonid à 21:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

5 Le Guyana, du bon et du moins bon

La journée commence par les formalités douanières pour quitter le Surinam, prendre le Ferry et entrer au Guyana.

Pour ces deux frontières, c'est un peu le parcours du combattant, mais le meilleur est au Guyana où vous devez acheter le formulaire pour entrer avec un véhicule, original....

Bref, après avoir quitté nos amis douaniers, nous voila donc au Guyana, ancienne colonie anglaise délaissée par ces derniers en 1966...

Par une route cotière fréquentée par tous les animaux domestiques et sauvage que l'on connait on arrive à Georgetown la capitale après avoir tranversé un superbe pont flottant tout neuf, original la aussi.....

P9290016

Il faisait bien 1,50 mètre 

P9290017

Et lui 1 km

La moindre rivière est exploitée comme piscine

P9290019

La aussi à Georgetown il reste quelques édifices en bois intéressants

DSCN0222

Nous sommes Dimanche, traversée de la capitale sans problème, sauf qu'à la sortie de la ville une 4 voies me donne l'idée de tourner la poignée. Mais hélas c'était sans compter sur monsieur l'agent qui lui était de service ce dimanche soir.....L'individu était équipé d'un pistolet radar et après m'avoir fait stationner m'annonce un 86 km/h que je ne peux constester....Mais notre protecteur est sympathique et me dit de continuer ma route, je ne me fais pas prier.....

Puis 20 km plus loin, nouveau contrôle de police et la aussi j'ai droit au stationnement....Lui est beaucoup moins sympathique, mais après m'avoir demandé mon permis de conduire "qu'il semble découvrir", je reprends ma route....Mais voilà que 1 km plus loin de nouveau un contrôle....je rève....Là le gars s'approche de moi et me tape dans la main comme si j'étais son pot et me dit d'y aller.....j'ai rien compris.....Ouf....

Enfin ce sera la pluie qui m'accompagnera sur 60 km avant d'arriver à Linden où je compte passer la nuit.....J'ai pas pris de vêtement de pluie pour cette virée qui doit se faire en saison sèche, je suis trempé......

Je tourne dans la ville à la recherche de mon gite et en passant devant une caserne de pompier, un gars en tenue me fait signe. Je fais demi-tour et lui répond que je cherche un hotel...Là le mec sympa me dit "attend, je demande au chef".....5 mn après j'étais installé chez les pompiers dans une piaule immense.....

Finalement entre la Police, la pluie et les Pompiers je sais qui je préfère.....

P9300023

J'y passerai deux nuits, afin que la piste sèche de l'orage précédent.....

Pour être sur de ne pas avoir une contrefacon, un véritable sac en peau de croco

P9300021

Entre les deux nuits à Linden, les pompiers sympa m'amènent avec eux en intervention, ils vont remplir le réservoir d'eau d'un hotel construit par les canadiens il y a 50 ans alors qu'ils étaient propriétaires de la mine de bauxite.....

P9300025

P9300027

P9300030

 

Posté par bonid à 22:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]


6 Les choses sérieuses commencent....

Nous sommes le 01 octobre, ce matin il fait beau, tant mieux, j'ai devant moi 450 km de piste, elle est sèche pour l'instant.....J'ai pas mis mon pneu cross que j'ai amené, je le réserve pour le brésil....

Cette piste est la route des orpailleurs et des trafiquants en tous genres entre le Guyana et le Brésil, je suis moyennement rassuré, mais faut bien y aller....

Il y a 2 bleds sur 450 bornes, ca motive...... 

Au guyana la police est omniprésente et le fait savoir...

PA010032

La piste est belle et très roulante, il y a du gravier partout, faut pas se prendre au jeu, la moto tout plein fait avoisine dans les 260 kgs, la moindre erreur et c'est la chute...

PA010033

A 130 km on arrive à mabura, orpailleurs, mineurs, forestiers y habitent....Check point avec contrôle de passeport....avant d'attaquer le gros morceau de forêt

PA010035

Puis subitement la latérite se transforme en sable et devant moi un tapis de sable humide se déroule. Pour les 4x4 c'est le paradis, pour moi un enfer. Après 30 km je suis exténué et c'est la chute inévitable, heureusement sans gravité, je ne peux pas rouler vite sur ce terrain.... 

 

PA010037

Enfin la pause casse croute, sur une piste de nouveau recouverte de latérite

PA010039

A 230 km nous voila à Kurupukari, il s'agit du passage de la rivière Esséquibo.....

PA010043

PA010044

Le passage est gratuit pour les motos à condition de passer avec un véhicule 4 roues ou plus.....j'attendrai 3 heures qu'un camion providentiel veuille bien prendre le bac, il est 16h30, il va falloir que je pense au bivouac....

PA010045

De l'autre coté, nouveau check point, on rigole pas dans la forêt Guyanienne.....Tous le monde descend et montre patte blanche....enfin facon de parler....

PA020049

Comme les Policiers et douaniers sur place sont sympas, je leur demande si je peux squatter chez eux avec mon hamac..... je passerai la nuit sur la terrasse des douaniers, après un bon bain dans la rivière....

PA010048

 

Posté par bonid à 22:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

7 deuxième partie de la piste de Linden à Lethem

Après une nuit d'amour dans mon hamac spécial forêt "ben ouai, y a même une moustiquaire intégrée", je me lève avant tout le monde et fonce vers le fleuve prendre le bain alors qu'il fait encore nuit. Je mange un bout, pain sardines et range les affaires. Lorsque mes fonctionnaires accueillants se lèvent, je suis près à partir. Après un good luck bien sympa j'attaque la seconde moitié de la piste. Il a plut cette nuit et c'est bien humide. Heureusement c'est de la latérite et ca ne colle pas trop aux roues..... la piste est rapide, je me régale, elle devient sèche, ca marche bien, la moto ne chauffe pas....

PA020050

Après 130 km environ, la forêt laisse la place à la savane, nous sommes à Annai, la piste est très sèche, des pierres saillantes apparaissent, faut ralentir pour ne pas crever...

PA020051

On peut dire ce que l'on veut, lorsque l'on est seul en moto on est content de voir que subitement on ne l'est plus..... 

PA020052

PA020053

PA020054

Des plaines à perte de vue annoncent le bivouac à Lethem, ville frontière sans intérêt particulier. La piste au Guyana est terminée, pour l'instant pas de problème, la KTM est en forme, ce soir je dors dans mon hamac que j'ai accroché dans le jardin d'un hôtel où j'y rencontrerai un couple de hollandais qui travaillent dans une ONG pour apprendre aux autochtones la menuiserie ???....

J'en profite aussi pour prendre mon assurance pour le Brésil, pour le Guyana elle m'avait coutée 7 euros, là c'est 40 pour le mois..... 

PA020056

Posté par bonid à 23:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 octobre 2013

8 Direction Manaus

Ce matin je passe la frontière entre le Guyana et le Brésil par le nouveau pont qui enjambe la rivière qui sert de frontière, ca roule tout seul.......au Brésil le fonctionnaire de la Police Fédérale parle même le francais, il m'étonne....il est très sympathique et d'une correction qui m'étonne encore ....Puis c'est 950 km de route pour arriver à Manaus, je la ferais en 2 jours.....

Les termites sont en nombre dans la région

PA020057

En arrivant sur l'équateur, je peux observer la précision de mon GPS

PA040058

PA040059

Sur la route, je double une mob....Mais j'ai pas révé, elle avait une immatriculation européenne....Il s'agit de Camille, elle est partie de Guyane, a fait le même itinéraire que moi et désire se rendre au Pérou par bateau lorsqu'elle arrivera à Manaus....Elle a toutefois fait l'impasse sur la partie piste au Guyana, la peugeot 50 a été chargée dans un taxi....Bonne route Camille....

PA040062

Cette route traverse un vaste territoire indigène et je constate qu'il n'y a aucune piste qui permet de rentrer dans la forêt....

PA040063

Manaus c'est la ville qui respire l'amazonie, mais surtout l'amazone

Dans le fond on voit le nouveau pont qui a été construit sur le rio négro

PA060068

PA060069

A Manaus les quais sont flottants, l'amazone est souvent capricieuse.....

PA060070

Voilà les types d'embarcation qui vous permettent de rejoindre pratiquement toutes les villes d'amazonie....

PA060071

Je n'ai vu que ce poisson, les gros qui faisaient 2 mêtres ont disparu, la aussi, la surpêche fait des dégats....

PA060072

Je resterais trois nuits sur Manaus, la guesthouse dans la quelle je loge est face à l'alliance francaise, ils me proposent d'y laisser la moto en garage.....en échange d'une discussion en francais avec les élèves qui prennent des cours de langue francaise bien sur....

La guesthouse est superbe, elle est tenue par un australien qui a flairé la bonne affaire, mais sait ce que les touristes attendent....A 10 euros la nuit c'est incomparable....

PA060064

PA060065

 

 

 

M

 

 

 

 

 

 

 

Mais Manaus c'est le charme du luxe passé, la période faste ou le latex venait d'amazonie.....les barons du caoutchouc de l'amazone construisaient du beau....le style hausmanien était de rigueur....50 ans de faste avant d'être supplantée par la malaisie et l'indonésie..... 

La douane au port de la ville

PA060077

 

Le théâtre Amazonas est le monument le plus symbolique de l'apogée économique de Manaus. Il dispose de 700 places. Il a été construit avec des briques apportées d'Europe, des verres français et du marbre italien. Les tuiles sont originaires d'Alsace. Les plus importantes compagnies d'opéra, de théâtre et d'orchestres symphoniques se sont produites dans ce théâtre.

 

Théatre Amazonas à Manaus

DSCN0544

Mais aujourd'hui il n'y a pas que des barons à Manaus, le Brésil comme tous les pays du monde a ses laissés pour compte.....

PA060073

 

Posté par bonid à 17:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

9 Première trans-amazonienne

Après deux jours de repos, je reprends la route en direction de l'embarcadère de Manaus qui permet de traverser l'amazone par une barge afin de rejoindre Careiro de vazea.

PA070080

PA070081

Au passage on peut voir la ligne de rencontre des eaux du rio négro et du rio salimoes qui deviendra l'amazone....les densités des eaux différentes expliquent qu'elles ne se mélangent pas rapidement.....

PA070082

PA070083

J'attaque aujourd'hui la Br 319, une route mythique pour les Brésiliens puisque ce fut la première transamazonienne tracée dans la forêt en direction du sud et asphaltée de surcroît dans les années 70....

Tout d'abord elle a l'aspect d'une route normale sur 150 km afin de rejoindre Careiro de castanho....parfois même en réfection

PA080086

PA080085

C'est là que je changerai mon pneu et passerai le pneu cross que j'avais amené à cet effet.....

PA070084

Voila à quoi ressemble cette route dans le meilleur des cas, ce n'est que le début...

PA080087

A Très Irmaos, j'arrive encore à un embarcadère, après 1 heure d'attente la barge me fait traverser....

PA080092

PA080096

PA080090

Quand l'école se trouve de l'autre coté du fleuve, il n'y a qu'un solution, la rame.....mais avec le sourire.....

PA080091

Surprise, lorsque j'arrive à l'autre berge, deux motards brésiliens sont là, ils viennent de faire la Br 319 en sens inverse....Spécialement pour leur périple de 18 jours (ils sont de Sao Paulo), ils ont acheté deux Honda 300....ils sont suréquipés en matériel, appareil photo, caméra, dictaphone, ils ont imprimés des autocollants qu'ils collent un peu partout et sont surtout super sympathiques....

PA080097

Ruba et fernando ont fait la piste en 3 jours, ils me prédisent le pire avec mon chargement et me donnent même de la nourriture lyophilisée...... j'étais confiant, je le suis moins....

PA080098

PA150162

Le chemin est moins large, mais est encore bien carrossable....

PA080099

Puis viennent les ponts, je n'ai pas pu les compter tant il y en a sur cette piste, plus ou moins en état, plus ou moins long, faut être vigilant.....

PA080100

PA080101

Sur cette piste, tous les 40 km il y a un relais Imbratel (télécommunications Brésilienne), les voyageurs s'arrêtent là pour y dormir s'ils le peuvent, j'ai de la chance des ouvriers y travaillent et m'offrent l'hospitalité.....je sors le hamac du sac, ainsi que mes boites de sardines....

PA080102

Le soir je prends un cours de soudure de fibre optique avec leur chef......

PA080103

Le lendemain, il fait humide et je trouve quelques bourbiers pas trop méchants....

PA090104

Mais une petite épreuve m'attend.....je n'y étais pas particulièrement préparée...va falloir passer.....

PA090105

Allez, au suivant.....

PA090106

Après 300 km sans âme qui vive où je n'ai croisé que deux voitures d'ouvriers qui travaillaient sur le réseau téléphonique, j'arrive enfin a Réalidades, là encore ca fait du bien de voir la civilisation mais surtout un restau......j'avais les crocs, il est plus qu'apprécié....PA090108

Le soir je me repose dans une Pousada à Humaita.....l'auberge est agréable, j'y resterai deux nuits par nécessité, la pluie m'empéchant de reprendre la piste le lendemain.... 

PA110112

J'ai donc fini la première trans-amazonienne, le trajet a été un peu usant, il ne faut pas quitter la piste des yeux comme toujours, celle là était une succession de terre et de mauvais bitume, de très nombreux ponts, pas de latérite, en fait elle n'est empruntée que par les particuliers et les ouvriers, ce qui explique son mauvais état.....je peux dire que je l'ai fait sur le sec pratiquement entièrement, j'ai eu de la chance.....Pour ce qui est de la moto, pendant 300 km j'ai roulé avec le ventilateur, elle a chauffé car je ne peux rouler vite sur le 5 ème ou 6 ème rapport de boite.....Mais pour l'instant RAS.....pourvu que ca dure....

Posté par bonid à 22:44 - Commentaires [2] - Permalien [#]

23 octobre 2013

10 Deuxième trans-amazonienne

Lorsque l'on quitte Humaita et que l'on veut attaquer la deuxième trans-amazonienne, on se trouve sur la Br 230 durant 1200 km....Cette piste va me permettre de rejoindre dans un premier temps Apui, aujourd'hui je compte faire 400 km. Il s'agit d'une piste, donc là pas de goudron, cette trans-amazonienne n'ayant jamais été asphaltée...

C'est donc à potron-minet que je mets les voiles en direction de l'est, mais à la sortie d'humaita il faut prendre une fois de plus une barge. Puis c'est une piste très rapide, mais très lisse, heureusement c'est sec, les camions s'en donnent à coeur joie, le terrain est plat, il faut s'écarter lorsqu'ils arrivent....

PA120115

Quelques autochtones résident près de la piste....

PA120116
PA120117

Après 150 km, mon attention est attirée par l'entrée d'une fazenda, puis je regarde la piste de nouveau mais hélas je ne peux éviter une pierre plate saillante qui frappe ma roue avant.....ca tape fort, je pense avoir crevé....je m'arrête, rien de suspect....au Km 180, j'arrive dans un village, je fais le plein de carburant, évidemment et comme toujours un attroupement s'installe autour de la moto avec les questions habituelles, la cylindrée, la puissance, la marque, lorsqu'une personne me fait remarquer que mon pneu avant est à plat.....la pierre maudite....et ils m'orientent de suite vers l'atelier de réparation dit "borracharia" qui jouxte la station.....à deux on démonte rapidement et le gars me met une rustine sans dissolution....une technique brésilienne certainement puis c'est le remontage....

PA120118

 

Le brésil c'est 200 millions de personnes et c'est immense, mais j'ai rencontré ce gars deux fois à 800 km d'intervalle.....PA120119

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme il est encore tôt, je repars, j'ai encore 100 km à faire pour prendre encore une barge...

PA120124

 

PA120121
PA120123
PA120125
PA120127

Après m'être arrêté à un restau à la sortie de la barge, je reprends ma route, j'ai 100 km à faire .....Alors que je file sur de la latérite bien sèche et très gravillonneuse, ma roue avant se dérobe et je manque de tomber....grosse suée....j'ai encore crevé....je suspecte que la réparation n'a pas tenu, j'ai pourtant roulé 200 km depuis.....je démonte, sors mes outils et effectivement c'est ça.....je remets donc une rustine, avec la dissolution cette fois et je repars en direction d'Apui pour y passer la nuit.....j'acheterai une chambre à air en prévention, car la réparation est mal placée, le trou est sur le flanc de la chambre....  

PA120129
PA120128

C'est encore de bonne heure que je quitte ma pousada. Je compte faire 300 km pour rejoindre Jacareacanga. Ce matin le ciel est couvert, ca sent la pluie, la piste est humide de la pluie nocturne, j'implore les dieux.... mais je ne suis pas croyants......et eux certainement le savent....

PA130132
PA130133

Effectivement après 50 bornes, je prends la flotte, et bien comme il faut.....c'est très glissant, la roue avant va de droite à gauche, je maitrise mal, je progresse lentement, je ne vois pas les kilomètres défilés, je me demande ce que je fais là....2 heures sous la pluie, tempé jusqu'aux os, je le resterai toute la journée....des bourbiers se forment, la journée est dure...mais je me dis que la trans-amazonienne sans la flotte, c'est triste.... 

PA130134

Je n'ai fait que 100 km en 3 heures et demi lorsque j'arrive à une autre barge. Pour descendre la moto pas de problème, mais voilà que pour sortir de la barge une pente m'attend......c'est de la glaise, je ne peux pas monter....Après de multiples essais à trois personnes qui poussent, je décharge la moto et on arrive en haut de la pente....les brésiliens rigolent, ils sont habitués.....

PA130135
PA130137

Je mange sur la piste quelques provisions et je repars, je sais que des bourbiers m'attendent.....je croise quelques véhicules 4x4, les chauffeurs s'arrêtent et regardent la moto en riant et me souhaitent bon courage....là je me dis qu'avec une 125 je serai mieux.....et sans chargement.....Après de multiples bourbiers, j'arrive près d'un camion qui m'avait dépassé. Il est coincé et en mauvaise posture, il a voulu évité un trou profond et a trop pris sur le coté....

PA130139
PA130140
PA130141
PA130142

Mais vers deux heures de l'après midi le ciel se dégage et le soleil revient.....la magie de l'équateur, il fait chaud de nouveau, ce n'est pas pour me déplaire....la piste sèche, je peux de nouveau accélérer...l'hôtel de Jacaré fera l'affaire, mon routier embourbé m'a redoublé sur la piste et logera également au même endroit, nous prendrons un verre ensemble....aujourd'hui j'aurai fait 8 heures de moto...j'ai ma dose.

Jacareacanga est un petit village perdu au fin fond de l'Amazonie et ca se sent....

PA130143
PA130144

Au matin, voilà que miss KTM fait un caprice, du moins la batterie....Je suis obligé de sortir les câbles que je m'étais préparé et mon ami camionneur me donnera un coup de jus....toutefois je trouve étrange que la batterie aie une faiblesse, il ne faudrait pas qu'aujourd'hui elle refasse ça, j'ai 400 km à faire et apparemment il ne passe pas grand monde sur cette portion de la Br 230,  sur 300 km c'est une succession de montées et descentes, les routiers évitent de passer par là....

PA140145

La piste est belle et il fait un temps superbe, seules les descentes sont à craindre, très gravillonneuses, je me méfie.....

PA140146

Mais après 180 km, dans une descente, de nouveau la crevaison, la moto part en travers, je rattrape in extrémis, nouvelle suée.....cette fois c'est ma rustine qui n'a pas tenue, mais j'ai anticipé, souvenez vous, j'avais acheté une chambre à air à apui......

PA140148
PA140149

Enfin au Km 230 en pleine forêt, mais près d'un aérodrome fréquenté par les orpailleurs, un restaurant m'attend et alors là c'est sera le restau de cette aventure.....la cuisinière est très sympathique mais surtout experte et me propose un mixte....du poulet, de l'agneau,du boeuf, légumes, salade.....royal....je ne peux pas tout manger.....pour ceux qui veulent l'adresse.....c'est tout droit, il n'y a que lui....agrandissez la photo et notez les morceaux de viande.....5 euros le repas.....vous revenez quand vous voulez qu'elle m'a dit la brave dame.....

PA140151

Enfin les derniers 50 km pour arriver à Itaituba me feront manger de la poussière....je prends comme d'hab une pousada sans étoile, mais la taulière bien agréable insiste pour que la moto dorme dans le salon, entre le canapé et l'écran plat.....on ne s'en plaindra pas

PA140153

Au matin de nouveau une barge, mais celle là est immense, je réponds comme toujours aux mêmes questions sur les caractéristiques techniques de la moto...

PA150154

Itaituba est une ville sans intérêt et surtout sans entretien......

PA150155

En amazonie les bus sont surélevés....

PA150156

Aujourd'hui je dois finir ma trans-amazonienne, je n'ai que 350 km à faire pour rejoindre Santarem, avec environ 100 km d'asphalte.....mais la piste est très pratiquée, de nombreux camions, mais surtout c'est l'enfer de la poussière, elle est très sèche et 1 cm de farine recouvre le sol à certains endroits.....

PA150157
PA150158

Voilà ca y est j'ai retrouvé le goudron, mais aussi les incidents......un camion a renversé sa cargaison de canettes en alu

PA150159

Alors que tout s'est bien passé jusqu'à présent et que j'ai fini pour ainsi dire la piste, à environ 15 km de Santarem lorsque j'arrive dans sa banlieue, j'entends une explosion qui visiblement vient de la bécane.....aussitôt la moto s'arrête....plus de contact au tableau de bord.....je suspecte la batterie avec l'incident de la veille à Jacaré....j'enlève la selle et effectivement je constate que la batterie a explosée !!!!.....30 ans de moto, je n'ai encore jamais rencontré ou vu ça.....Comme je suis devant une maison où les proprios sont à l'extérieur, ils viennent me voir et après que je leur ai expliqué le problème, pour eux il n'y en a plus........ils m'amènent dans une concession moto et là le gars me sort la même batterie que la mienne.....magique, elle m'attendait.....le retour se fera en moto taxi, deux heures après j'étais dans un hôtel à Santarem....

PA150160

Mais dans mon malheur, j'ai eu de la chance, si l'incident s'était produit la veille en pleine forêt, en 200 km, je n'ai croisé qu'un camion......les dieux ne m'en veulent pas apparemment..... 

Du repos à Santarem me fera du bien, surtout que la batterie en explosant à cramé le GPS et les lampes qui étaient allumées....qui pourtant étaient protégées par un fusible qui lui n'a pas lâché....étonnant.....

 

Posté par bonid à 19:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]